aucun commentaire pour l'instant

Rencontre avec les Sœurs du Sacré Cœur de Jésus

Nichée sur un des points culminants de Paris, à quelques mètres de la Paroisse se trouve la maison généralice et le noviciat francophone de la Congrégation des Sœurs du Sacré Cœur de Jésus.

450 sœurs font aujourd’hui partie de la Congrégation répartie en  provinces, régions et districts : du Texas, aux États-Unis, en passant par Londres, au Royaume-Uni, ou encore le Canada, les Philippines, la Papouasie Nouvelle-Guinée, le Cameroun et bien sûr la France.

« Le Seigneur écrit droit avec des lignes courbes »

La congrégation a pris racine à Saint-Jacut-Les-Pins dans le Morbihan grâce à l’engagement d’une jeune femme, Angélique le Sourd. Âgée de 22 ans, en pleine période révolutionnaire, Angélique constate la persécution des prêtres et leur difficulté à exercer librement leur ministère. Elle fera, dès lors, office d’intermédiaire et permettra au sein de son logement à la fois l’accueil des prêtres, la célébration des messes ou encore la rencontre avec les souffrants ou mourants.

Le 25 avril 1816, avec le soutien du curé de Saint-Jacut-les-Pins, elle et trois de ses amies se mettent ensemble « pour faire le bien autour d’elles » en aidant les prêtres à « ranimer la foi et restaurer les mœurs » dans une France abîmée. Après 12 ans d’apostolat laïc, elles feront leur prise d’habit et leur profession religieuse le 29 septembre 1828, jour de la fête de la Saint-Michel. Elles sont alors au nombre de 6. Fortifiées par leur consécration, le début du déploiement de la communauté démarre alors.

Au moment de la séparation de l’Église et de l’État, la Congrégation n’est plus la bienvenue en France, les Sœurs doivent quitter les lieux. Elles vivront alors un exil et se dirigeront vers la Belgique, l’Angleterre, le Canada, le Texas. Cette présence en dehors de la France conduira la congrégation dans son expansion.

S’appelant alors « Les Sœurs de Saint Jacut », du nom de la localité où est née la congrégation, la congrégation prendra le nom de « Sœurs du Sacré Cœur de Jésus » en 1909.

« Aimer c’est être proche »

Telle est la direction par laquelle les Sœurs sont, entre autres, conduites dans leur mission. Aujourd’hui, elles forment une communauté priante et active au service de l’éducation des jeunes filles, du soin des malades, des pauvres, des migrants et de l’aide aux prêtres et à leur communauté paroissiale. Là où elles se trouvent, elles ont diverses missions apostoliques qui ont pour but de « manifester à tous, particulièrement aux pauvres, la tendresse et la miséricorde du Père révélées en Jésus ».

Âgée de 24 à 106 ans, les 400 sœurs de la congrégation prennent un soin particulier à avoir une qualité de présence et d’écoute aux autres qu’elle déploie dans leurs lieux de mission, dans les écoles, les lieux de soin, les paroisses.

La maison générale, installée depuis une trentaine d’années Villa des Otages accueille la supérieure générale et ses conseillères ainsi que le noviciat francophone de la congrégation. Pour l’année 2019-2020, le noviciat a accueilli 3 novices de deuxième année et 5 de première année. La rentrée 2020-2021 n’a pas pu se faire en France pour des raisons de visas, ce qui a poussé les responsables à trouver  une autre solution.

Fin novembre, 3 postulantes malgaches sont arrivées au Cameroun où elles ont commencé leur noviciat le 8 décembre dernier avec une jeune Kenyane en attendant de rejoindre la France. S’adapter, toujours ! Cette année, deux anciennes novices qui ont fréquenté la paroisse ces deux dernières années viennent de professer leurs vœux dans leur île de mission : Madagascar.

Souhaitons leur bonne route dans leur apostolat !

Sœur Joséphine et Clarisse

Les Novices

« Tous frères ! »

Les Sœurs du Sacré Cœur de Jésus nous recommande la lecture de la dernière encyclique du Pape François, « Fratelli Tutti » qui traduit bien la nature profonde de leur vocation. Enrichies par la multi-culturalité de leurs communautés, elles savent, ô combien, l’écoute et le dialogue sont exigeants mais hautement féconds.


Propos recueillis par Alexandra Kozak auprès des Sœurs Marie Claude Lenain, Céline Sotoucsi, et Édith Cochard, de la communauté du noviciat.

Les commentaires sont fermés.